LA SURVEILLANCE MEDICALE REGLEMENTAIRE (SMR)

Il concerne les coureurs Elite Professionnel, les coureurs titulaires d’une licence 1ère catégorie intégrés dans le collectif international pour ce qui est du cyclisme sur route, (les 300 premiers du classement National par points FFC, les coureurs professionnels réintégrant le niveau amateur, les coureurs de nationalité étrangère intégrant un club FFC ne figurant pas au classement national de l’année ayant obtenu au minimum 8 points UCI) ainsi que, pour les autres disciplines tous les coureurs titulaires d’une licence 1ère catégorie, les sportifs de Haut Niveau ainsi que les coureurs inscrits dans une filière d’accès au haut niveau.

Il comporte :
1 - L’examen médical annuel passé sur un plateau technique de médecine du sport (PTMS), agréé par la FFC, qui doit délivrer le certificat de non contre-indication à la pratique du sport nécessaire à l’obtention de la licence. Un deuxième examen médical annuel, dont le contenu est laissé à l’appréciation du médecin de suivi, est obligatoire ainsi qu’un suivi psychologique et nutritionnel.

2 - Le suivi biologique à raison de 4 examens par an pour les Elite Professionnel, et 3 pour les coureurs titulaires d’une licence 1ère catégorie intégrés dans le collectif international pour ce qui est du cyclisme sur route, (les 300 premiers du classement National par points FFC, les coureurs professionnels réintégrant le niveau amateur, les coureurs de nationalité étrangère intégrant un club FFC ne figurant pas au classement de l’année ayant obtenu au minimum 8 points UCI) ainsi que, pour les autres disciplines tous les coureurs titulaires d’une licence 1ère catégorie, sportifs de haut niveau, coureurs en filières d’accès et inscrits sur les listes Espoirs, est réalisé sur des sites de prélèvement du Réseau Biologie Moléculaire Libéral – Laboratoire BIOMNIS. Le résultat de ces examens est adressé aux médecins fédéraux concernés. Le médecin fédéral national est responsable et gère la surveillance médicale des Elite Professionnel et le médecin régional les coureurs relevant de la SMR de son comité.

En cas d’anomalies, des certificats de contre-indication temporaire, voire définitive, peuvent être délivrés. Les décisions qui en découlent sont des décisions sanitaires jamais disciplinaires et sont soumises au secret médical.

Pour chacune des anomalies découvertes, il existe une conduite médicale définie par la commission d’expertise médicale composée de médecins référents en leur domaine et indépendants de la FFC.

Ces prises de décision sont inscrites au règlement médical de la FFC, mises à jour par le Conseil d'Administration du 18 novembre 2010

Le non-respect de ce règlement entraînera l’ouverture d’une procédure disciplinaire à l’encontre de l’intéressé.

4 urgences médicales déclenchent une procédure immédiate de contre-indication médicale :

1. Un hématocrite supérieur à 50% plus hémoglobine > 17 g/l chez l’homme et 47% plus hémoglobine > 16 g/l chez la femme
2. Un cortisol plasmatique effondré (cortisolémie en dessous de la borne inférieure des normes du laboratoire)
3. des réticulocytes > 120 000 /mm3
4. un Hr-Off > 133 chez l’homme et > 123 chez la femme

Dans ces cas, un signalement est effectué au président de la FFC qui, prend, à l’encontre de l’intéressé, une mesure administrative d’interdiction temporaire d’accès aux compétitions et demande le renvoi de la licence le temps de la contre-indication. Pendant cette période le coureur ne peut participer à aucune compétition.

Asthme d'effort

En cas de maladie asthmatique, l’usage des glucocorticoïdes et des bêta2 agonistes en inhalation et en compétition est conditionné par la délivrance d’une autorisation d’utilisation à des fins thérapeutiques (AUT). Cette AUT est délivrée par l’UCI et/ ou l’Agence française de Lutte contre le Dopage (AFLD) (selon le niveau de compétition du coureur concerné) sur la demande du coureur. A cet effet, celui-ci doit adresser un dossier de demande d’AUT complet comprenant notamment un formulaire d’AUT, l’ordonnance du médecin et les éléments médicaux qui apportent la preuve de l’asthme (épreuves fonctionnelles respiratoires). Le coureur peut se procurer l’ensemble des éléments à fournir sur le site de l’AFLD et doit se faire aider de son médecin traitant ou spécialiste. Tout dossier incomplet risque de ne pas être instruit par l’ALFD.

Les coureurs relevant du SMR souffrant d’asthme allergique et/ou d’effort doivent effectuer les examens dans un service spécialisé agréé par la FFC. Ce service appliquera le protocole validé par la commission médicale de la FFC qui a intégré les recommandations du CIO.

L'usage des corticoïdes

Les corticoïdes peuvent être utilisés dans les conditions mentionnées au chapitre ci-dessous intitulé lutte contre le dopage" (voir tableau)

Contre-indication médicale et mesure d'interdiction d'accès aux compétitions
Dans le cadre de la Surveillance Médicale Règlementaire, dès lors que le suivi biologique démontre une des anomalies (sur les paramètres suivants : hématocrite, cortisolémie, réticulocytes, Hr-Off) une contre-indication médicale à la pratique du cyclisme de compétition est prononcée par le médecin fédéral national de la FFC.

Cette contre-indication s’accompagne automatiquement d’une mesure administrative d’interdiction d’accès aux compétitions se déroulant sous l’égide de la FFC. Celle-ci est établie par le Président de la FFC et prend effet dès la date de notification. Dans ce cadre, l’intéressé(e) devra retourner sa licence soit au Président de la FFC, soit au Président du Comité Régional dont il dépend. La levée de cette interdiction ne pourra être prononcée par le Président de la FFC qu’une fois le certificat médical de non contre-indication délivré par le médecin fédéral national.

Attention : les prises de sang inopinées le matin des épreuves ou au cours d’un stage exposent au même risque d’arrêt de compétition. Dans ce cas, l’arrêt est de 15 jours mais immédiat. L’autorisation de recourir n’est donnée qu’après normalisation de la constante anormale qui est contrôlée de 15 jours en 15 jours.

Lutte contre le dopage

Avant d’utiliser un médicament, il est impératif de :
- s’assurer qu’il ne contient pas de substance interdite selon la dernière version révisée de la liste de référence des substances et procédés dopants adoptée par l’Agence Mondiale Antidopage.
- vérifier sur la notice du médicament qu’il n’apparaît pas la mention spéciale à l’attention des sportifs : “l’attention des sportifs est attirée sur le fait que cette spécialité contient un principe actif pouvant induire une réaction positive des tests pratiqués lors des contrôles antidopage. "


Sportifs, attention à l’automédication et aux risques auxquels elle peut vous exposer. Interrogez toujours votre médecin ou votre pharmacien.

Les classes de substances interdites sont les suivantes :

1. Agents anabolisants : Nandrolone, Testostérone….
2. Hormones et substances apparentées : ACTH, EPO, Hormones de croissance, 
   gonadotrophine, chorionique, insulines...
3. Béta2 agonistes
4. Antagonistes et modulateurs hormonaux
5. Diurétiques et autres agents marquants
6. Stimulants : Amphétamines, Ephédrine, Heptaminol…
7. Narcotiques : Morphine, Héroïne
8. Cannabinoïdes : Haschisch, Marijuana
9. Glucocorticoïdes

Les méthodes interdites sont les suivantes :

1. Amélioration du transfert d’oxygène : Les transfusions….
2. Manipulation chimique et physique telles que, par exemple, falsification d'échantillons, perfusions intraveineuses,
3. Dopage génétique

Les autorisations d'utilisation à des fins thérapeutiques (AUT)

Depuis 2011 il n’y a plus de déclaration d’usage.

Deux classes de substances sont soumises à certaines restrictions :

1. Glucocorticoïdes
Tous les glucocorticoïdes sont interdits lorsqu'ils sont administrés par voie orale, intraveineuse, intramusculaire ou rectale. Une AUT sera alors nécessaire quand une affection en nécessite l’usage par ces voies

Les préparations topiques utilisées pour traiter des affections auriculaires, buccales dermatologiques, gingivales, nasales, ophtalmologiques et périanales ne sont pas interdites et ne requièrent en conséquence d'autorisation d'usage à des fins thérapeutiques.

2. Bêta 2 agonistes

Certains Bêta2 agonistes sont interdits. : la Terbutaline et le Fénotérol lorsqu'ils sont utilisés par inhalation, nécessitent une autorisation d'usage à des fins thérapeutiques (AUT).

En résumé :

1. Les corticoïdes inhalés seuls sont autorisés
2. Les bêta 2 agonistes (bronchodilatateurs) :
• Certains sont autorisés et ne demandent pas d’AUT:
o le salbutamol (Airomir, Ventoline, Buventol)
o le salmétérol (Sérevent, Sérétide)
o le formotérol (Foradil) à partir du 1er janvier 2012
• D’autres nécessitent une AUT dûment justifiée : le formotérol (Foradil)-jusqu’au 31 décembre 2011-, la terbutaline (Bricanyl), et le fénotérol (Bronchodual)
3. Les corticoïdes inhalés associés aux bêta 2 agonistes qui nécessitent une demande d’AUT (voir ligne ci-dessus), nécessitent une demande d’AUT.

L'AUT : elle s'applique pour toutes les autres substances interdites susceptibles d'être utilisées dans le cadre d'un traitement thérapeutique (y compris les glucocorticoïdes utilisés par voies systématique). Dans ce cas, la demande doit être effectuée avec le formulaire de demande de l'AFLD. Lorsqu'elle comprend tous les documents demandés par l'Agence y compris la contribution financière de 30 euros demandée au sportif, l'AFLD notifie au demandeur que son dossier est complet. Elle en principe se prononcer dans un délai de 30 jours. En cas de refus le sportif reçoit, sous pli cacheté, l'avis médical complet motivant ce refus.

Les formulaires de demande d'AUT, ainsi que tous les compléments d'information qui pourraient vous être utiles dans l'établissement de ce document sont disponibles sur le site de l'AFLD : www.afld.fr. Une fois remplis, ils doivent être adressés par le coureur en lettre recommandée avec AR :

AGENCE FRANCAISE DE LUTTE CONTRE LE DOPAGE (AFLD)
Section Médicale
229 Boulevard Saint-Germain
75007 PARIS
Tél : 01.40.62.76.36 - Fax : 01.40.62.77.39
ATTENTION / Epreuves internationales
Un coureur bénéficiant d'une AUT, délivrée par l'AFLD, ou ayant valablement déclaré auprès de cette dernière l'usage d'une substance soumise à déclaration, devra entreprendre la même démarche auprès de l'UCI avant de participer à toute épreuve inscrite au calendrier international. Vous trouverez les formulaires AUT correspondant sur les sites www.wada-ama.org et www.uci.ch. Ces formulaires devront être adressés au Comité pour l'Autorisation d'Usage à des fins thérapeutiques.
Pour toutes informations complémentaires,
Docteur Francis Genson, chargé d'instruction à la FFC
4 rue du Poète - 33700 MERIGNAC
Tél/Fax : 05.56.97.20.44
Ministère de la Santé et des Sports
Mission Médecine du Sport • Lutte contre le dopage
95, avenue de France • 75650 Paris Cedex 13
www.sports.gouv.fr/francais/sport-sante-et-prevention
LUTTE CONTRE LE DOPAGE
Sportifs, attention à l’automédication et aux risques auxquels elle peut vous exposer.
Interrogez toujours votre médecin ou pharmacien. Toujours vérifier sur la notice du médicament qu’il n’apparait pas la mention spéciale à l’attention des sportifs.
Les substances interdites peuvent être recherchées dan un prélèvement d’urine ou une prise de sang, voire les deux.

 

contact


AGENCE FRANCAISE DE LUTTE CONTRE LE DOPAGE (AFLD)
Section Médicale
229 Boulevard Saint-Germain
75007 PARIS
Tél : 01.40.62.72.59. - Fax : 01.40.62.77.39

ATTENTION / Epreuves internationales
Un coureur bénéficiant d'une AUT, délivrée par l'AFLD, ou ayant valablement déclaré auprès de cette dernière l'usage d'une substance soumise à déclaration, devra entreprendre la même démarche auprès de l'UCI avant de participer à toute épreuve inscrite au calendrier international. Vous trouverez les formulaires AUT correspondant sur les sites www.wada-ama.org et www.uci.ch. Ces formulaires devront être adressés au Comité pour l'Autorisation d'Usage à des fins thérapeutiques.
Pour toutes informations complémentaires,

Docteur Francis Genson, chargé d'instruction à la FFC
4 rue du Poète - 33700 MERIGNAC
Tél/Fax : 05.56.97.20.44

Ministère de la Santé et des Sports
Mission Médecine du Sport • Lutte contre le dopage
95, avenue de France • 75650 Paris Cedex 13

www.sports.gouv.fr/francais/sport-sante-et-prevention

LUTTE CONTRE LE DOPAGE

Sportifs, attention à l’automédication et aux risques auxquels elle peut vous exposer.
Interrogez toujours votre médecin ou pharmacien. Toujours vérifier sur la notice du médicament qu’il n’apparait pas la mention spéciale à l’attention des sportifs.
Les substances interdites peuvent être recherchées dan un prélèvement d’urine ou une prise de sang, voire les deux.